La Ville de Saint-Philippe est située dans la MRC de Roussillon, dans la région de la Montérégie. Sillonnée par la rivière Saint-Jacques et bordée par les autoroutes 15 et 30, elle offre à la fois les avantages de la vie en campagne et de la proximité des grands centres. Son territoire de 62 kilomètres carrés, dont 93% se retrouve en zone agricole, lui confère un caractère champêtre où l’urbanité côtoie la ruralité. Au cours des cinq dernières années, la ville a connu une des plus fortes croissances démographiques de la région et sa population est actuellement à près de 6 800 citoyens.

La Ville de Saint-Philippe possède des origines qui remontent au 17e siècle.

À l’origine, l’actuelle Ville de Saint-Philippe faisait partie du territoire de la Seigneurie de La Prairie-de-la-Magdeleine, qui couvrait le territoire actuel des villes de La Prairie, Brossard, Candiac, Sainte-Catherine et Saint-Philippe, ainsi qu’une partie du territoire des municipalités de Saint-Lambert, Delson, Saint-Constant, L’Acadie, Saint-Luc et Saint-Jacques-le-Mineur. En 1647, la seigneurie de La Prairie-de-la-Madeleine a été concédée par Jean de Lauzon à l’abbé Jean de Laferté, jésuite et curé de La Madeleine de Paris. C’est en 1667 que les premières familles s’installent, « ces courageux pionniers », tel que mentionné par Monseigneur de Pontbriand, évêque de Québec.

En 1744, la première paroisse de Saint-Philippe, la Fabrique de la côte Saint-Philippe, est fondée. C’est à la suite de la cessation de huit (8) arpents de terre, dans la côte Saint-Philippe de la Seigneurie de La Prairie-de-la-Magdeleine, par le Sieur Louis Proveau et son épouse Marianne Girou, et dame Marie-Angélique Maheu veuve de feu Sieur Pierre François Girou, qui permet la construction de la première église. Celle-ci est bénie en 1751, sous le titre de Saint-Jean-François-Régis, le patron des Jésuites de la province de France. La deuxième église de Saint-Philippe, la première construite de pierre, a été bénie en 1782. Celle-ci contribuera à l’accélération du peuplement de la petite communauté. La deuxième église a été en place jusqu’à l’incendie partiel de janvier 1843 et la bénédiction de l’église reconstruite a lieu à la fin de la même année. Devenue rapidement trop petite, une troisième église est construite et bénie à la fin de 1876. Le nouveau presbytère adjacent, toujours existant aujourd’hui, est béni en 1885.

Le 23 juin 1972, l’église de style néo-gothique est incendiée. Il s’agissait d’un exemple rarissime de ce type architectural. L’inauguration de la nouvelle église, en 1973, d’architecture plus moderne, contraste avec l’ancienne.

 

 

 

 

 

 

L’arrivée du 19e siècle apporte ses lots de changements pour Saint-Philippe. Les modifications successives de la législation au Bas-Canada ont un impact sur le statut de la ville, et ce, à plusieurs reprises. C’est en 1845 qu’est constituée la municipalité de la Paroisse de Saint-Philippe, sous la gouverne de Monsieur Amable Coupal, le premier maire de Saint-Philippe. Deux ans plus tard, en 1847, à la suite de l’adoption de l’« Acte pour faire de meilleures dispositions pour l’établissement d’autorités municipales dans le Bas-Canada », la municipalité de la Paroisse de Saint-Philippe est abolie, devenant ainsi partie de la municipalité de comté de Huntingdon.

Ce n’est qu’en 1855, à la suite de l’adoption de l’« Acte des villes et des chemins du Bas-Canada » que la municipalité de la Paroisse de Saint-Philippe retrouve son nom et son statut. C’est cette Loi qui a instauré les bases du système municipal en vigueur aujourd’hui au Québec. Le premier maire de Saint-Philippe sous ce nouveau régime a été M. Joseph Normandin, qui était également le gendre d’Amable Coupal.

En 1841, par décret d’érection canonique, la paroisse de Saint-Philippe est reconnue au niveau religieux en précisant ses bornes. Cependant, trois autres municipalités sont créées à partir du territoire de Saint-Philippe, soit la Paroisse de Saint-Jacques-le-Mineur en 1834, la municipalité de Saint-Mathieu en 1917 et la Ville de Candiac en 1957.

L’arrivée d’une importante infrastructure routière, l’autoroute 15, en 1966 et d’un premier tronçon de l’autoroute de l’Acier (autoroute 30), vient structurer et définir l’espace de la municipalité.

Le 22 octobre 2016, la Municipalité, à la suite d’une demande au Ministère des Affaires Municipales et de l’Occupation du Territoire, change de régime législatif et devient assujettie à la Loi sur les cités et ville (RLRQ, chapitre C-19). Le ministre approuve au même moment le changement de nom de la Municipalité de Saint-Philippe pour celui de Ville de Saint-Philippe.

La Ville compte aujourd’hui 6 776 citoyens et fêtera son 275e anniversaire en 2019.

décembre, 2018

18déc19 h 00 minConseil de ville | Séance extraordinaire portant sur le budget19 h 00 min

18déc19 h 30 minConseil de ville | Séance extraordinaire19 h 30 min

Inscrivez-vous à notre infolettre :

Pour tout connaître des plus récentes
nouvelles de Saint-Philippe!

Commencez à taper et appuyez sur Entrer pour rechercher

X